A partir de 2012, les candidats à la nationalité française devront prouver leur niveau de langue française [de]

JPEG A partir du 1er janvier 2012, les candidats à la nationalité française devront présenter un document certifiant leur niveau de langue française. Le minimum requis correspond au niveau B1 "oral" du cadre européen commun de référence pour les langues, soit le niveau d’un élève en fin de scolarité obligatoire.

Avec la loi du 16 juin 2011 relative à l’immigration, l’intégration et la nationalité, de nouvelles conditions de maîtrise de la langue française ont été introduites afin d’obtenir la nationalité française.

A partir du 1er janvier 2012, le candidat à la nationalité française devra prouver qu’il maîtrise un français de niveau "B1 oral", défini par le cadre européen commun de référence pour les langues.

Le niveau B1 correspond, selon cette nomenclature, à un niveau de fin de scolarité obligatoire. La personne "peut comprendre des phrases formulées dans un langage clair ou standard. Peut se débrouiller dans le pays où l’on parle la langue. Peut raconter, en termes simples, un événement qui la concerne", précise le ministère de l’Intérieur.

Les postulants à la naturalisation et les personnes souhaitant acquérir la nationalité en raison de leur mariage avec un ou une Français(e) devront démontrer par un diplôme (1) ou une attestation (2) qu’ils ont acquis ce niveau. A noter : les diplômes sont permanents et les attestations sont valables deux ans.

"En 2010, près de 130 000 personnes ont acquis la nationalité française, dont environ 90 000 par la procédure de naturalisation", précise le ministère de l’Intérieur.

Un label "Français langue d’intégration" sera délivré à partir de 2012

Outre les formations déjà dispensées aux ressortissants étrangers par l’Etat, les collectivités locales et les entreprises, d’autres solutions de formation au français pourront être proposées sous le label "Français langue d’intégration" (FLI) à partir de 2012. Les associations, les entreprises et les collectivités pourront bientôt solliciter ce label, qui vise à adapter l’enseignement du français aux besoins particuliers des publics adultes immigrés. Il sera délivré à partir de 2012, sous l’autorité du ministre en charge de l’intégration et attribué pour trois ans par une commission comprenant les administrations publiques et des experts (linguistes, didacticiens, pédagogues)", souligne le ministère de l’Intérieur.

Le concept "Français langue d’intégration" répond ainsi à la demande de formation en langue française des adultes migrants dont le français n’est pas la langue maternelle. Il privilégie la forme orale et la lecture de la langue française, mais peut aussi concerner l’écriture.

Dernière modification : 25/05/2012

Haut de page