Coopération entre le MuséoParc Alésia et le monument d’Arminius (Herrmannsdenkmal)

JPEG - 106.4 ko
Signature de l’accord
de gauche à droite : Arne Brand, Michel Rouger,Henri Lechenet, Rainer Heller. En arrière-plan, la Consule générale, Olivia Berkeley-Christmann

Le 29 octobre 2019, le maire de Detmold, Rainer Heller, le directeur général du MuseoPark Alésia, Michel Rouger, un représentant du Landschaftsverband, Arne Brand, le directeur du musée de la Lippe (Lippisches Landesmuseum), Dr. Michael Zelle et le président de l’association des Jumelages en Europe Bourgogne - Franche-Comté ont signé, à la mairie de Detmold, un accord de coopération culturelle entre le MuséoParc Alésia et le monument d’Arminius (Hermannsdenkmal). Il s’agit non seulement d’une coopération scientifique sur l’interprétation de l’histoire de ces deux figures nationales qui ont marqué les imaginaires des Français et des Allemands mais également de développer des échanges de stagiaires dans le domaine culturel, voire des rencontres de jeunes. Au delà, cet accord permettra de faire découvrir Arminius au public intéressé par Vercingétorix et de dernier à ceux qui rendent visite à Hermann.
Avant même la signature, une jeune étudiante allemande a fait un stage au MuseoPark Alésia, ce qui est de bon augure pour cette coopération qui a mis juste un an à se mettre en place.
Par ailleurs, Le Prince Stephan zur Lippe a fait visiter son château à la délégation venue de France et évoqué les liens historiques entre la France et la Lippe.

JPEGLe Monument d’Arminius/ Hermannsdenkmal
Dû à l’architecte Ernst von Banedl (1800-1876), ce monument a été inauguré en 1875, alors que sa première pierre avait été posée en 1838 ; il a été financé par une souscription populaire, et non par les Etats allemands de cette époque ou la Confédération germanique (Deutscher Bund). Arminius a souvent été « instrumentalisé » à des fins politiques, voir bellicistes

JPEGLe MuseoPark Alésia
Consacré au siège d’Alésia et au mythe de la fondation de la nation française, il a été inauguré en 2012 à Alésia, près d’Alise-Sainte-Reine en Côte d’Or, il est constitué de deux musées (le Centre d’interprétation de la bataille d’Alésia et le Musée archéologique d’Alésia) et d’un parcours-découverte de 7000 hectares (superficie totale occupée par les Romains au moment du siège.

Dernière modification : 31/10/2019

Haut de page