Cybersécurité : Appel de Paris du 12 novembre 2018 pour la confiance et la sécurité dans le cyberespace [de]

Le 12 novembre, à l’occasion de la réunion à l’UNESCO du Forum sur la gouvernance de l’internet (FGI), le président Macron a lancé l’Appel de Paris pour la confiance et la sécurité dans le cyberespace. Cette déclaration de haut niveau en faveur de l’élaboration de principes communs de sécurisation du cyberespace a déjà reçu l’appui de nombreux États, mais aussi d’entreprises privées et d’organisations de la société civile.

Un appel à réagir ensemble à de nouvelles menaces

Le cyberespace, toujours plus au centre de nos existences, est un lieu d’opportunités, mais aussi de nouvelles menaces. Le développement de la cybercriminalité et d’activités malicieuses qui peuvent aussi bien mettre en danger nos données privées que certaines infrastructures vitales.

Afin de faire respecter les droits des personnes et les protéger en ligne comme ils le font dans le monde physique, les États doivent agir de concert, mais également s’associer à des partenaires du secteur privé, du monde de la recherche ou encore de la société civile.

Les soutiens de l’Appel de Paris s’engagent donc à travailler ensemble afin de :

  • accroître la prévention et la résilience face aux activités malicieuses en ligne ;
  • protéger l’accessibilité et l’intégrité d’Internet ;
  • coopérer afin de prévenir les interférences aux processus électoraux ;
  • travailler ensemble contre les violations de la propriété intellectuelle par voie cyber ;
  • prévenir la prolifération des programmes et techniques cyber malicieux ;
  • accroître la sécurité des produits et services numériques ainsi que la "cyber-hygiène" de tous ;
  • prendre des mesures contre le cyber-mercenariat et les actions offensives des acteurs non-étatiques ;
  • travailler ensemble pour renforcer les normes internationales pertinentes.

La Semaine numérique de Paris, l’opportunité de fédérer une pluralité de partenaires

La Semaine du numérique de Paris se compose de trois évènements majeurs liés au numérique, s’enchaînant à la suite des commémorations du centenaire de l’armistice de la Première Guerre Mondiale :

  • le volet "Nouvelles technologies" du Forum de Paris sur la Paix, du 11 au 13 novembre à la Grande Halle de la Villette ;
  • le Sommet des GovTech/GovTech Summit, consacré à la transformation numérique des États et des démocraties, le 12 novembre à l’Hôtel de Ville de Paris ;
  • le Forum sur la Gouvernance de l’Internet, consacré à l’internet de la confiance, du 12 au 14 novembre à l’UNESCO.

C’est à la Grande Halle de la Villette, dans le cadre du Sommet du Forum de Paris sur la Paix, que le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a exposé les enjeux et objectifs de l’Appel de Paris.
Celui-ci a été lancé par le Président de la République, Emmanuel Macron, plus tard dans la journée, dans le cadre du Forum sur la gouvernance de l’internet, en présence de nombreux soutiens de cette initiative multilatérale.

Téléchargez le texte complet de l’Appel de Paris pour la confiance et la sécurité dans le cyberespace

Dans son discours d’ouverture, le président de la République met l’accent à la fois sur les opportunités et sur les menaces que représente Internet.

Dans son discours d’ouverture, le Président Macron revient sur le fonctionnement actuel du cyberespace et sur la sécurité de ce dernier.

La nature des cyberattaques que nous subissons aujourd’hui fait qu’on peut mettre à mal le fonctionnement de services de sécurité stratégiques, de la santé de tous nos concitoyens, du fonctionnement d’à peu près tous les hôpitaux des pays qui sont ici représentés - et donc si nous ne sommes pas, à chaque instant, totalement sûrs du système, eh bien le système se fragmentera, pour redessiner des espaces de certitudes en son sein, dans lesquels nous pourrons assurer ces services. (…)
Aujourd’hui, quand je regarde nos démocraties, Internet est beaucoup mieux utilisé par les extrêmes, par les discours de haine ou par la propagation des contenus terroristes que par beaucoup d’autres ; c’est une réalité, on doit la regarder en face. Et aujourd’hui, les interstices d’ailleurs… (…)

Il propose une feuille de route afin de redéfinir la sécurité sur le Net.

Tout ça conduit à mes yeux à une responsabilité croissante des acteurs, et à une régulation du Net. (…)
Si nous ne régulons pas l’Internet, le risque, c’est de bousculer les fondements de la démocratie ; si nous ne régulons pas leurs relations à la donnée, les droits qu’ont nos concitoyens sur leurs propres données, l’accès et le partage de celles-ci, quel est le sens dans ces cas-là de gouvernements démocratiquement élus ? Mais qui peut, mieux que ces gouvernements, dire quel serait alors le droit ? (…)

Il expose enfin les trois priorités que la France s’est fixée en matière de sécurité du cyberespace.

Premièrement, la protection des citoyens, autour de deux grands sujets : la protection des données et la régulation des contenus.
La deuxième priorité que nous devons poursuivre, c’est la confiance, la stabilité, la sécurité du cyberespace.
Enfin la troisième priorité pour le futur d’Internet c’est la préservation des potentialités de création, d’invention et de développement économique du réseau.

Retrouvez le discours du Président de la République au forum gouvernance internet a l’UNESCO

Dernière modification : 23/11/2018

Haut de page