Droits de femmes : l’action de la France au niveau international [de]

Dans le cadre de la journée internationale des droits des femmes, l’Ambassade de France à Berlin organise une série d’évènements les 6, 7 et 8 mars. C’est l’occasion de rappeler les grands sujets pour lesquels la France s’engage au niveau international afin d’assurer la promotion de l’égalité hommes-femmes.

Quels défis pour la France aujourd’hui ?

Dans un contexte marqué par le retour des conservatismes et des obscurantismes, les défis pour l’égalité hommes-femmes restent immenses.

► Les défis en matière de santé. En 2014, 220 millions de femmes étaient dépourvues d’accès à la contraception, et 20 millions d’interruptions volontaires de grossesse étaient réalisées dans des conditions non sécurisées, causant ainsi 50 000 décès de femmes. Plus de 120 millions de filles et de femmes dans le monde ont subi une mutilation sexuelle. Dans la zone subsaharienne, 60 % des personnes vivant avec le VIH et 75 % des 15-24 ans nouvellement séropositifs en Afrique sont des femmes.

► Les inégalités économiques. Les femmes constituent 70% des 1,2 milliard de personnes qui vivent avec moins d’un dollar par jour dans le monde. Elles effectuent 2/3 des heures de travail réalisées dans le monde et produisent la moitié des aliments, mais ne perçoivent que 10% du revenu mondial et ne possèdent que 2% des terres.

► Le non-respect des droits. Sur les 143 pays pour lesquels des données sont disponibles, 128 établissaient en 2013 au moins une distinction juridique entre hommes et femmes. Malgré le cadre juridique international, il existe toujours un décalage entre l’égalité formelle et l’égalité réelle, qui a des conséquences sur la vie des femmes. Ainsi, 55% des 72 millions d’enfants qui ne sont pas scolarisés dans le monde sont des filles, 700 millions de femmes ont été victimes de mariage forcé, et plus d’une sur trois l’a été alors qu’elle n’avait pas 15 ans. Les femmes représentent par ailleurs aujourd’hui environ 80% des victimes de la traite des êtres humains, et elles manquent souvent de moyens financiers pour payer une assistance juridique.

Quelles mesures sont prises par le gouvernement français pour promouvoir l’égalité hommes-femmes dans le monde ?

► La France s’engage pour la mise en œuvre des grands textes de loi en faveur des droits des femmes, tels que la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (1979), ou la Déclaration et le Programme d’action de Pékin, issus de la conférence de Pékin sur les femmes (1995), qui intègrent parmi les droits fondamentaux des femmes le droit de maîtriser leur sexualité et leur maternité sans être l’objet d’aucune contrainte ou violence.

► Au sein des Nations Unies, la France a entre autres activement contribué à l’adoption et à la mise en œuvre des résolutions « Femmes, paix et sécurité » du Conseil de sécurité, visant à renforcer la protection des femmes pendant les conflits et à favoriser leur participation aux négociations de paix et aux processus décisionnels, et a soutenu la création d’ONU Femmes. Elle est aussi très impliquée dans les activités de la Commission de la condition de la femme, dédiée à l’égalité des sexes et la promotion des femmes : ainsi, à l’occasion de la 61ème session de cette commission (du 13 au 24 mars 2017), elle présentera une proposition de recommandation du Parlement européen sur les priorités de l’UE formulant des recommandations pour favoriser l’autonomisation économique des femmes.

► Le ministère des Affaires étrangères a adopté en juillet 2013 une stratégie « Genre et Développement », qui inscrit le principe de l’égalité femmes-hommes au cœur de tous les projets et programmes de développement menés par la France et définit ainsi un cadre d’action qui préconise une intégration transversale du genre dans tous les secteurs d’activités. Dans ce cadre, on peut citer les divers projets qui ont été mis en oeuvre en 2016 en Côte d’Ivoire en lien avec les problématiques de violences sexuelles et d’autonomisation économique des femmes. Le cycle actuellement organisé par cette ambassade s’inscrit dans cette logique de promotion de l’égalité hommes-femmes par le gouvernement français.

Dernière modification : 16/05/2017

Haut de page