La plus grande légende du rock français repart en tournée pour fêter ses 70 ans [de]

C’est le chanteur de tous les records : plus de 1 000 chansons réparties en 48 albums, 100 millions de disques vendus en 50 ans de carrière, 181 tournées qui ont vu se presser pas moins de 28 millions de spectateurs, 2 100 fois en couverture de magazines... Vous l’aurez reconnu - ou alors vous devez absolument le connaître -, c’est Johnny !

Johnny Hallyday, la légende du rock français, va souffler ses 70 bougies samedi 15 juin 2013. Le cadeau pour ses fans est grandiose : deux concerts le soir de son anniversaire, retransmis en direct à la télévision. Le premier se déroulera à Bercy et le second, un peu plus tard dans le soirée, dans une atmosphère particulièrement intimiste pour celui qui a rempli neuf fois le Stade de France et attiré près d’un million de personnes à deux reprises au pied de la Tour Eiffel : seules 600 personnes pourront le célébrer au Théâtre de Paris. Les places se sont vendues en ligne en…une seconde !

Tout commence, pour cet homme « né dans la rue », comme le dit une de ses plus célèbres chansons, « un soir de juin 1943 ». L’histoire du jeune Jean-Philippe Smet est d’abord celle d’un rêve américain. Il grandit au rythme des premiers sons du rock ’n’ roll, vénérant Elvis Presley et grattant sa guitare « assis sur le trottoir », jusqu’à son premier 45 tours en 1960, T’aimer follement (empruntée à la superbe chanteuse franco-égyptienne Dalida), puis surtout à son tube au tempo effréné Souvenirs souvenirs.

Sa carrière s’envole ensuite de façon fulgurante : Johnny Hallyday devient « l’idole des jeunes » et le roi des années yéyé, se plaçant pratiquement chaque année en tête du hit parade dressé par l’émission culte de variétés des années 1960, Salut les copains. Il défraie la chronique par ses concerts, où il déploie ses talents de bête de scène et attire des jeunes déchaînés dans un esprit qui annonce déjà mai 68. Ce sens du show demeurera toujours et forge sa réputation, lui qui plus que tout autre peut « allumer le feu » dans le public. Le chanteur, adulé génération après génération, s’essaie avec un succès toujours plus hors du commun à tous les genres de musique : rock, soul music, blues, pop. Même le cinéma et le théâtre bénéficient de l’incroyable talent du rocker, à l’affiche notamment de trois films sélectionnés au festival de Cannes, dont L’aventure, c’est l’aventure de Claude Lelouch (1972) et Détective de Jean-Luc Godard (1985).

Et le Phénomène n’est pas près de tirer sa révérence. Parallèlement au tournage d’un nouveau film avec Claude Lelouch, Salaud on t’aime et après la sortie de l’album L’Attente en 2012, salué par la critique et vendu à plus de 600 000 exemplaires, Johnny Hallyday s’est lancé comme défi de conquérir le monde et prépare un album de duos en anglais, pour lequel les chanteurs de Muse et Phoenix sont pressentis.

Le chanteur, qui sait tout aussi bien satisfaire le désir irrésistible d’expression des rockers que parler directement aux cœurs, l’interprète de Gabrielle, La musique que j’aime, L’Envie mais également de Retiens la nuit et du Pénitencier, retient désormais le temps et traverse les âges. A bien écouter Quelque chose de Tennessee, qui est peut-être sa plus belle chanson, on se dit qu’on a tous quelque chose en nous de Johnny. Ah qu’on aime !

©Georges Biard
©ErlingMandelmann.ch
©Frédéric Loridant

Dernière modification : 17/06/2013

Haut de page