Pour une relance de la culture - Tribune du ministre de la Culture, M. Frank Riester, parue dans "Politk und Kultur" [de]

Comment la France, pays de culture, traverse-t-elle la crise du coronavirus ?

La France s’apprête à vivre un été culturel inédit. La fête de la musique, qui marque chaque année le coup d’envoi de la saison estivale, a dû se réinventer pour rester une grande fête populaire malgré les précautions qui s’imposent à tous. A la suite des musées et des monuments historiques, les salles de cinéma ont rouvert leurs portes en adaptant leurs conditions d’accueil. La reprise est encore plus progressive pour les salles de spectacle, tandis que l’annulation des grands festivals nous prive de l’effervescence créatrice dont ils sont chaque année le creuset.

Le monde de la culture a été l’un des premiers touchés par les mesures sanitaires mises en place depuis plusieurs mois. Il subit encore aujourd’hui les effets d’une crise qui sera plus durable et plus profonde que pour beaucoup d’autres secteurs. Pourtant, c’est dans ces temps difficiles où la culture ne peut plus occuper la place qui était la sienne que nous percevons le plus clairement son importance dans notre vie collective. Que nous comprenons à quel point il est essentiel qu’elle soit accompagnée, soutenue, encouragée par la puissance publique.

Nous ne nous relèverons pas de la terrible crise que nous traversons si nous ne consolidons pas notre modèle culturel

Nous ne nous relèverons pas de la terrible crise que nous traversons si nous ne consolidons pas notre modèle culturel. Il ne s’agit pas seulement de soutenir un secteur économique qui représente plus de 2 % du PIB français et contribue fortement à l’attractivité touristique de notre pays. Il s’agit de répondre au puissant besoin de notre société de se rassembler autour d’expériences partagées, pour éclairer son présent, pour penser et imaginer son avenir.

Depuis le début de la crise sanitaire, le Ministère de la Culture est pleinement mobilisé, avec l’ensemble du Gouvernement, en concertation avec les collectivités territoriales, pour que notre écosystème culturel, si riche et si dense, ne soit pas durablement affaibli par la crise. Le soutien accordé par l’Etat au secteur culturel représente ainsi, à ce jour, un montant global de près de 5 milliards d’euros.

Il a d’abord fallu répondre à l’urgence : sauvegarder les emplois, maintenir à flot les structures. A ce titre, les acteurs du monde de la culture ont pu bénéficier des dispositifs de portée générale mis en place par le Gouvernement. Tant que leur activité ne peut reprendre, les entreprises peuvent avoir recours au chômage partiel, qui prévoit que leurs salariés soient indemnisés par l’Etat à hauteur de 84 % de leur salaire net. Pour faire face à leurs difficultés de trésorerie, les acteurs culturels ont accès aux prêts garantis par l’Etat, qui mobilisent plus de deux milliards d’euros pour le seul secteur culturel. Ils bénéficient des mesures d’exonération de charges sociales et du report de leurs échéances sociales et fiscales. Les entreprises de petite taille et les indépendants ont également pu solliciter une aide provenant d’un fonds de solidarité co-financé par l’Etat et les régions. Ainsi, 3,5 milliards d’euros d’aides ont d’ores et déjà bénéficié au monde de la culture par le biais de ces dispositifs transversaux.

Prendre en compte chacune des filières artistiques et culturelles

En complément, j’ai veillé à la mise en place de dispositifs adaptés aux particularités de chacune des filières artistiques et culturelles, afin que la situation de l’ensemble de leurs acteurs, notamment les plus fragiles, soit prise en compte. J’ai chargé les opérateurs sectoriels du Ministère de la Culture – les Centres nationaux du cinéma, de la musique, du livre et des arts plastiques, ainsi que l’Institut national des métiers d’art – de mettre en place des plans de soutien en concertation avec les organisations professionnelles concernées. Des fonds d’urgence ont été créés afin de permettre le versement d’aides exceptionnelles, le prélèvement de certaines taxes a été suspendu, et les modalités d’attribution de certains soutiens ont été révisées pour prendre en compte l’évolution des besoins de leurs bénéficiaires. Par ailleurs, les organismes de financement et de prêt soutenus par l’Etat ont vu leurs moyens d’intervention considérablement renforcés. Le montant global de ces mesures spécifiques s’élève à 1,5 milliard d’euros.

En outre, les intermittents – ces artistes et techniciens du spectacle vivant, de l’audiovisuel et du cinéma qui bénéficient d’un régime spécifique unique au monde – bénéficient d’une protection sur le long terme. Leurs droits sont prolongés jusqu’en août 2021, afin que le maintien de leurs revenus ne soit plus conditionné à un nombre d’heures de travail qu’il ne leur est plus possible de réaliser.

Après un temps de mise à l’arrêt, l’activité culturelle est désormais engagée sur la voie de la reprise. Tous les acteurs du secteur doivent toutefois s’adapter à une situation nouvelle, marquée notamment par une nécessaire diminution de la fréquentation des établissements culturels qui fragilise leurs ressources. Ils peuvent compter sur l’Etat pour les accompagner. Un vaste programme de commande publique sera prochainement lancé, dans tous les champs de la création artistique, afin de soutenir le travail des créateurs, en particulier les plus jeunes. Pour permettre un retour rapide des tournages, nous avons mis en place un fonds de garantie de 50 millions d’euros afin d’indemniser les producteurs du cinéma et de l’audiovisuel qui seraient confrontés à l’arrêt d’un tournage pour un motif lié à l’épidémie de coronavirus.

Placer la culture au cœur de la solidarité entre Européens

Au-delà de la reprise, nous devons préparer une relance durable de la culture. C’est à une ambitieuse refondation de notre modèle culturel qu’il faut désormais travailler si nous voulons mieux protéger ses fondements essentiels. Le renforcement de notre souveraineté culturelle apparaît, en particulier, comme un enjeu prioritaire. Alors que les géants mondiaux du numérique sortent renforcés de la crise, c’est à l’échelle européenne que nous devons travailler pour soutenir la diversité culturelle et garantir l’accès des Européens à leur propre culture. Je souhaite que la grave crise que nous avons traversée serve d’accélérateur à la mise en place d’une stratégie européenne de souveraineté culturelle.

Fondé sur la liberté, la responsabilité et la juste rémunération des créateurs, le modèle européen de régulation du numérique offre un cadre adapté pour répondre aux défis à venir. Alors que la France s’est engagée à adopter les directives SMA et droit d’auteur avant la fin de l’année, j’appelle l’ensemble de nos partenaires à réaffirmer une volonté commune de mobilisation en faveur de la protection des créateurs et du pluralisme.

Mise en place d’un « bouclier culturel européen »

Je souhaite également que nous réfléchissions ensemble à la mise en place d’un « bouclier culturel européen » destiné à protéger les entreprises européennes fragilisées par la crise, ainsi que les hommes et les femmes qu’ils emploient et les actifs qu’elles détiennent, face aux tentatives de rachat hostiles.

Plus largement, nous devons placer la culture au cœur de la solidarité entre Européens. En renforçant les coopérations entre tous les acteurs culturels, en favorisant la circulation des œuvres et des artistes, nous pouvons contribuer à rassembler l’ensemble des citoyens autour de leur patrimoine commun, de leur culture partagée.

Je connais le volontarisme de l’Allemagne sur l’ensemble de ces sujets. Alors que s’apprête à débuter la présidence allemande de l’Union européenne, à un moment décisif pour l’avenir de la politique culturelle européenne, je souhaite que le couple franco-allemand soit le moteur d’une action ambitieuse au service du développement de nos filières artistiques et culturelles.

(Avec l’aimable autorisation de la revue "Politik und Kultur", périodique du Haut conseil culturel allemand (Deutscher Kulturrat). Le présent article est paru dans l’édition n°07-08/2020.)

Dernière modification : 29/10/2020

Haut de page