Journée de Deuil national allemand : le président Macron à Berlin (18 novembre 2018) [de]

Emmanuel Macron s’est rendu dimanche 18 novembre à Berlin dans le cadre du Volkstrauertag (Jour du Souvenir), journée de commémoration nationale en Allemagne destinée d’une part à célébrer la réconciliation, l’entente et la paix, et, d’autre part, à rendre hommage aux victimes de guerre. Emmanuel Macron s’est exprimé au Bundestag, devant l’ensemble des corps constitués allemands, événement inédit pour un président français depuis Jacques Chirac en juin 2000.

À l’occasion des cérémonies de commémoration de la Journée de deuil national allemande auxquelles participait le président de la République, Emmanuel Macron a rappelé au Bundestag la force des liens qui unissait la France et l’Allemagne et sa conviction qu’ensemble les deux pays pouvaient ouvrir une nouvelle étape dans la construction européenne.

Invité à participer aux cérémonies organisées à la mémoire des victimes des conflits armés et de la tyrannie qui se sont déroulées le 18 novembre 2018 à Berlin, le président français a pris la parole au Bundestag, devant l’ensemble des corps constitués allemands. Dans un fervent plaidoyer pour l’Europe, il a rappelé que celle-ci ne pourra pas « jouer son rôle si elle devient le jouet de puissances et se contente d’un second rôle sur la scène mondiale ».

Emmanuel Macron a également insisté sur le fait que « l’Europe, et en son sein le couple franco-allemand, » se trouvaient « investis de l’obligation de ne pas laisser le monde glisser dans le chaos et de l’accompagner sur le chemin de la paix. »

Il a mis en garde contre un « nationalisme sans mémoire » et un « fanatisme sans repères » dans un monde qui « se trouve à la croisée des chemins ». Il a rappelé à ce titre la nécessité pour l’Europe de se doter d’une défense commune et de mettre en place une politique migratoire axée sur un système d’asile harmonisé.

Le président français a par ailleurs souligné la nécessité de « surmonter les tabous et dépasser les habitudes » et appelé chacun des États membres de l’Union européenne à « mettre en commun sa capacité de décision, sa politique étrangère, migratoire ou de développement, une part croissante de son budget et même des ressources fiscales ».

www.elysee.fr/declarations/article/transcription-du-discours-du-president-de-la-republique-au-bundestag-a-berlin-ceremonie-commemorative

Dernière modification : 29/11/2018

Haut de page